Episode 4 : Aux origines d’ecov : “Get out of the building” et fais ton POC 2/2

Episode 4 :  Aux origines d’ecov : “Get out of the building” et fais ton POC 2/2

Equipés de nos morceaux de panneaux de basket, de nos panneaux à LED et de nos batteries de voiture, nous voilà partis explorer le potentiel d’une station de covoiturage. 


Nous avons bien sûr prévu un questionnaire à administrer de manière informelle dans les véhicules, avec les conducteurs. Trois lieux d’expérimentation sont choisis grâce à la connaissance des lieux (merci aux parents d’Arnaud) et à notre ami Google Map.

La bande de copains avec nous, on est partis sur la voirie.

IMG_2369
Une bande de copains, prêts à révolutionner les transports !

Autorisation sur la voirie ? Bon, on doit avouer, on a fait “léger”. On n’est pas méchants, c’est pour la bonne cause, et bien sûr, nous faisons attention aux enjeux de sécurité routière. Alors on va jouer les pirates pour 1 journée. Mais quand la maréchaussée est passée sur l’un des sites d’expérimentation, on ne faisait pas les fiers (heureusement, les agents ont continué comme si tout était normal).

Alors, alors, alors ?

 

Première conclusion : en février, il fait froid.

D’où nos têtes dans la vidéo ici (attention, vous aurez besoin du mot de passe covoiturage local pour la lire).

 

Seconde conclusion : ça marche ! 🎉

A Seraincourt, 15 personnes transportées, sur 7 trajets de 6 km (de Seraincourt à la gare de Meulan-Hardricourt), soit 90 km/voyageur, entre 8h et 10h30. 2h30 d’expérimentation dont 30 à 45 minutes cumulés de trajets retours (il fallait récupérer les « covoiturés » à la gare de Meulan-Hardricourt et les ramener au lieu de départ, à Seraincourt). Temps d’attente constatés : entre 5 secondes et 8 minutes. Une qualité très bonne pour une commune sans transport collectif. Champagne ! Notre POC fonctionne ! Les conducteurs s’arrêtent, parfois interloqués, mais ils sont enthousiastes.

Le compte-rendu de l’expérimentation à lire ici :

IMG_2435.JPG

Le système est prometteur : il s’agit d’une installation totalement bricolée, simplifiée, non-officielle, ponctuelle, sans communication préalable, sans indemnité des conducteurs, sans inscription…

Autant de paramètres qui jouent contre le service et qui ne pourront que renforcer encore le taux de participation des conducteurs, et donc la qualité de service.

Nous pourrons alors offrir aux passagers une qualité de service extraordinaire : un temps d’attente comparable à un métro, au milieu de la campagne. A nous ensuite de leur expliquer pour qu’ils s’approprient leur nouveau mode de transport.

 


Nous en sommes convaincus, ce test prouve que nous pouvons passer à la suite : réaliser un prototype grandeur nature. Un service officiel, déployé sur la voirie avec les collectivités, pérenne, avec inscription, avec du web, de la sécurité, plusieurs stations qui forment un réseau…

Alors on passe à la suite ! Et c’est là que les choses se compliquent. Mais l’aventure est tellement belle qu’on ne peut que s’investir davantage pour relever les challenges ! 🚗

IMG_2386
Les premiers essais – février 2015.

Thomas Matagne.


L’article précédent à retrouver ici : 😉

Episode 3 : Aux origines d’ecov : “Get out of the building” et fais ton POC 1/2

Episode 3 :  Aux origines d’ecov : “Get out of the building” et fais ton POC 1/2

Dans le monde fabuleux de l’écosystème des start-ups, il y a des mantras. L’un d’entre eux, le plus fameux est : “get out of the building” de Steve Blank, fameux entrepreneur californien. L’autre est : “ponds ton POC” (proof of concept).


Arnaud a 29 ans, moi 28.

On a tous les deux déjà entamé nos “carrières”, dans des secteurs classiques (conseil et administration respectivement). On s’est rencontrés avec la volonté aux tripes de changer le monde pour qu’il soit plus durable. Pour que nos efforts professionnels participent à sauver le climat, et tout ce qui va avec (économie, social, environnement en général). Nous y reviendrons sûrement dans un post ultérieur.

 

Voilà plus d’un an que nous collaborons. Chacun a d’autres activités : Arnaud travaille sur un projet entrepreneurial pour mettre l’impression 3D au service de la réparation des objets du quotidien (cafetières, aspirateurs …) et donc de la lutte contre l’obsolescence programmée. Pour ma part, je travaille au Ministère du développement durable (je vous passe son vrai nom de l’époque). Alors nos travaux conjoints, c’est soir et week-end principalement.

 

Après de nombreuses heures à explorer ce qui se faisait dans le covoiturage local, à lire des études, à parler autours de nous, à prendre des rendez-vous, nous sortons de notre bâtiment (enfin de chez nous, car évidemment, pas de locaux à l’époque).

 


Nous en sommes convaincus : le covoiturage local ne se développera pas avec simplement un site web ou une application mobile, comme le covoiturage longue distance a pu le faire avec Blablacar. Les contraintes sont différentes. Les usages aussi. Et chaque semaine ou presque, une nouvelle application de covoiturage local est annoncée. Aucun intérêt à suivre cette piste.

 

Avec l’explosion de Blablacar, avec la pratique du stop, avec les aires de covoiturage qui se développent, notre conviction est claire : une majorité nette de conducteurs sont prêts à covoiturer, dès lors qu’il n’y a pas de contrainte. Alors à nous de jouer !

Il y a beaucoup à imaginer et à inventer en s’inspirant de l’existant : les aires de covoiturage, le stop, les transports collectifs, le vélo…

Nous explorons plusieurs pistes et nous confirmons le concept de “station de covoiturage” : à cheval entre le stop et l’arrêt de bus, l’objectif est de mettre en relation un passager avec un flux de conducteurs, instantanément. Faire comme le stop, mais en mieux : en mode covoiturage, avec un aléa maîtrisé pour offrir un service digne d’un transport collectif (paiement, sécurité etc.).

 


S’en suivent les premières questions : est-ce que les conducteurs sont prêts à participer ? Ont-ils envie de covoiturer sur ce mode ? On cherche des réponses.

Autour de nous, dans nos discussions informelles, les retours des conducteurs sont globalement positifs. Parfois interloqués, souvent très enthousiaste à l’idée. Nous avons une étude, réalisée par un groupement scientifique, qui nous semble corroborer largement notre conviction sur l’engagement des conducteurs.

citation.jpg


Le juge de paix sera le terrain, avec un “POC” (proof of concept). Alors on y va et on se décide.

Avec l’aide de Fabien (qui sera notre premier dev ensuite), Arnaud bricole des Panneaux lumineux de basse qualité achetés dans un magasin chinois à Aubervilliers (où nous avons nos locaux désormais). On achète deux panneaux de basket chez Décathlon, pour n’en garder que le mât et son pied lesté à l’eau. Une affiche “covoiturage” imprimée et collée sur un panneau … Ce sont les premiers tests !

IMG_2386
Les premiers essais – février 2015.

Une bande de potes et de personnes intéressées, et on y va !

Thomas Matagne.


La suite ici 😉

CarPostal France et Ecov s’associent pour développer le covoiturage de proximité !

CarPostal France et Ecov s’associent pour développer le covoiturage de proximité !

Suite à la signature d’une convention de partenariat en mai 2017, CarPostal France et Ecov préparent le lancement de COVOIT’ICI, service de covoiturage de proximité. Ce dispositif innovant sera déployé entre les villes de Salon de Provence et Sénas dès octobre prochain. Lire la suite « CarPostal France et Ecov s’associent pour développer le covoiturage de proximité ! »

ecov lève 1 million d’euros pour développer le covoiturage de proximité

ecov lève 1 million d’euros pour développer le covoiturage de proximité

Quel mois pour ecov ! Après avoir remporté un Imagine Mobility Awards dans la catégorie Mobilité Intelligente & Connectée (pôle de compétitivité Mov’eo) et l’appel à projets de l’IGNfab « ville de demain », nous sommes très heureux de vous annoncer aujourd’hui un tour de financement de plus d’un million d’euros, grâce au soutien apporté par Mobiliz Invest (Groupe Renault) et par France Active.

Lire la suite « ecov lève 1 million d’euros pour développer le covoiturage de proximité »

Les Rencontres de la Mobilité Inclusive

La 4e édition des Rencontres de la Mobilité Inclusive se déroulera mercredi 18 janvier 2017 à Paris. Cette journée d’échanges, ouverte à tous, réunira un vaste panel d’acteurs de la société civile, du public et du privé, autour du thème : “Mobilité quotidienne et territoires, enjeu de la République”.

Thomas Matagne, Président co-fondateur d’ecov interviendra de 11h40 à 12h30 à la table ronde 2 “Quelles solutions de mobilité en territoires ruraux ?” et animera de 12h30 à 12h40 un focus sur « la mobilité partagée ». Lire la suite « Les Rencontres de la Mobilité Inclusive »

Annonce du lancement COVOIT’ICI (revue de presse)

La fin d’année 2015 a été marquée par l’annonce du lancement de COVOIT’ICI. Ci-dessous une revue de presse des retombées médiatiques.

  • Article paru dans le journal « Transflash » en septembre 2015.

« Le covoiturage spontané comme solution pour relever le défi du covoiturage courte distance »

Transflash.png

 

  • Article paru dans le journal « Le Parisien – édition Yvelines Matin » le vendredi 27 novembre 2015.

« Grâce à ces panneaux, le covoiturage devient facile »

Le Parisien - Yvelines Matin

« COVOIT’ICI : un service de covoiturage avec mobilier urbain connecté »

Mobilicites.com.png

« Reportage Yvelines Première – COVOIT’ICI »

  • Vidéo publiée sur le site www.5.telif.tv le vendredi 27 novembre 2015.

« Reportage VOTV « Du covoiturage dans le Vexin » – COVOIT’ICI »

  • Article paru dans le journal « La Gazette en Yvelines » le mercredi 2 décembre 2015.

« YVELINES Une nouvelle voie de transport collectif »

La gazette en Yvelines.png

 

  • Article paru dans le journal « Le Courrier de Mantes » le mercredi 2 décembre 2015.

« Un nouveau service de covoiturage qui tient la route »

Le courrier Mantes.jpg

  • Article paru sur le site « www.lesechos.fr » le mercredi 16 décembre 2015.

« La startup ecov développe le covoiturage dans le Vexin »

 

ECOV LES ECHOS SCREEN