Responsable du développement

Responsable du développement

Pour ecov, la voiture est un transport collectif !

Créée fin 2014, ecov est une start-up de l’économie sociale et solidaire (agréée ESUS) et reconnue Jeune Entreprise Innovante.

Notre objectif est simple : développer des services et produits permettant de faciliter, sécuriser et institutionnaliser la pratique du covoiturage de proximité, dans les territoires péri-urbains et ruraux.

Pour cela, nous travaillons main dans la main avec les collectivités locales et les utilisateurs à la coproduction d’un service public innovant de covoiturage spontané !

La team ecov :

  • est pluridisciplinaire (développeurs, ingénieurs, chefs de projets, doctorants…);
  • a pour ambition de mettre l’innovation organisationnelle et technologique au service des Autorités Organisatrices de la Mobilité et des entreprises, afin d’inventer des solutions capables de relever les défis modernes de la mobilité;
  • est en forte croissance : l’équipe est progressivement structurée.

L’essentiel de l’équipe est installé à Paris et nous avons également des bureaux à Lyon.


Les missions

Sous la responsabilité du Président, vous serez en charge du développement de l’activité d’ecov par le montage de projets expérimentaux, de partenariats pour les activités qui relèvent de l’innovation et de la R&D, et du développement commercial pour les activités plus matures.

Le Responsable du développement est l’interlocuteur principal des collectivités partenaires ou clientes, des premiers échanges jusqu’à la contractualisation d’un projet. Il doit donc :

  • gérer la prospection commerciale sur l’ensemble du territoire Français, et éventuellement au delà si les opportunités se présentent
  • assurer, seul ou avec le Président, les rdv commerciaux dans l’objectif de présenter ecov et de monter des projets avec divers partenaires
  • proposer le développement de projets à ces partenaires, de leur conception à leur montage en passant par la recherche de financement et la contractualisation ;
  • organiser le suivi des échanges avec les partenaires publics principalement, privés accessoirement ;
  • réaliser la veille sur les appels d’offres, et y répondre en bonne coordination avec le reste de l’entreprise via le Directeur des opérations ;
  • organiser le développement commercial structuré des éléments les plus matures de la gamme d’ecov ;
  • contribuer aux évolutions produits et activité d’ecov, en fournissant les retours des partenaires et clients ;
  • assurer le suivi et la projection de l’activité sur 24 mois.

Le Responsable du développement participera activement à la vie de l’entreprise.


Ce que nous recherchons 

Compétences intrinsèques

  • excellent relationnel ;
  • autonomie et prise d’initiatives ;
  • esprit entrepreneurial ;
  • motivé par l’innovation d’intérêt général

Compétences techniques

  • connaissance le secteur des transports collectifs, de la mobilité et/ou du service public ;
  • connaissance du fonctionnement des collectivités locales ;
  • capacité de réponses à AO (rédactionnel, technique) et montage de projet subventionnés (régionaux, nationaux, européens)

Détails du poste 

  • Localisation : Paris (idéalement), ou Lyon
  • Nombreux déplacements (en France principalement) à prévoir
  • Salaire : selon profil.

Comment candidater ?

Envoie nous dès maintenant ton CV et ta lettre de motivation par Flatchr : ici

ecov lance un diagnostic de potentiel de covoiturage pour les collectivités locales

ecov lance un diagnostic de potentiel de covoiturage pour les collectivités locales

Nous sommes fiers d’agir aujourd’hui encore pour désenclaver les territoires en lançant le premier diagnostic de potentiel de covoiturage.

Principalement à destination des petites collectivités rurales et périurbaines, ce diagnostic permettra d’identifier les zones et trajets éligibles à la mise en oeuvre de lignes de covoiturage local.

diag


Un algorithme d’analyse des territoires pour répondre aux enjeux de notre siècle et destiné au plus grand nombre (y compris les plus petites collectivités).

Le covoiturage permet de relier les territoires, tout en réduisant les impacts environnementaux liés à la mobilité (pollution, bruit, congestion …) et en réduisant les coûts. Ces problématiques touchent tous les territoires ! Pourtant, tous possèdent une ressource inestimable : les sièges libres dans les véhicules.

infographie

Ces sièges libres peuvent être optimisés pour constituer de véritables lignes de covoiturage (à la manière des lignes de bus). Encore faut-il savoir comment et où déployer de telles lignes de covoiturage ! C’est ce que ce diagnostic de covoiturabilité permet d’estimer.

Des données pour prendre les bonnes décisions.

Premier élément d’analyse du territoire afin de valider la pertinence du déploiement d’une solution de covoiturage courte distance, cet algorithme exploite, modélise et analyse les données : densité d’habitations, axes routiers, offres de transport existantes, données de mobilité, flux de voitures, etc.

Il s’appuie sur les technologies du big data et du machine learning (intelligence artificielle) pour automatiser l’analyse de données et exploiter les retours d’expérience et apprentissages des premières lignes de covoiturage déployées.

Le diagnostic qui est remis à la collectivité intègre des cartes commentées qui lui permettent d’identifier très facilement les zones et les trajets qui présentent du potentiel pour la mise en œuvre de lignes de covoiturage local. Ciblant les communes de moins de 2 000 habitants, ce diagnostic peut être réalisé en quelques jours, à partir de 750 € HT.


Cet algorithme a été récompensé dans le cadre du projet Concours d’Innovation Numérique organisé par Bpifrance et continuera de s’enrichir à mesure de son utilisation et de la réalisation de projet de lignes de covoiturage. Il est le fruit de trois ans de recherche et développement, notamment en partenariat avec IGNfab et Esri France.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter notre site internet et sa page dédiée au diagnostic de covoiturabilité : ici.

ecov lève 1,2 millions d’euros auprès de la Caisse des Dépôts

ecov lève 1,2 millions d’euros auprès de la Caisse des Dépôts

Après un tour de financement grâce au soutien de France Active Investissement (ex SIFA) et Mobilize Invest (Groupe Renault) en 2017,  nous sommes très heureux de vous annoncer aujourd’hui l’arrivée de la Caisse des Dépôts au capital d’ecov! 

Objectif : accélérer le déploiement de notre service public de covoiturage courte distance dans les territoires ruraux et périurbains en poursuivant nos investissements en R&D et en étoffant notre équipe.

citation thomas

Favoriser la mobilité intelligente et durable dans les territoires ruraux et périurbains

La Caisse des Dépôts a souhaité investir dans ecov à hauteur d’1,2 millions d’euros afin de soutenir la croissance d’un acteur innovant au service d’une mobilité intelligente et durable dans des territoires où la mobilité quotidienne est un enjeu majeur et où les nouveaux services de ce type sont encore peu accessibles.

L’offre proposée concoure à façonner la mobilité de demain avec un service de covoiturage adapté à chaque territoire et à sa population. Mis en place en étroite collaboration avec les collectivités territoriales, ce service à fort impact vient en relais des transports publics et apporte aux habitants des territoires peu denses et ruraux une réponse directe à la problématique de la dispersion de l’habitat et de l’isolement tout en développant l’attractivité des territoires et en les structurant.

Web

 

Notre ambition : transformer les voitures particulières en un transport public et collectif du quotidien

Pour en savoir plus sur nos solutions c’est ici : https://www.ecov.fr/

A ce jour, 6 réseaux pilotes et 44 stations de covoiturage connectées sont déployés en Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et en PACA (en service ou très prochainement inaugurés).

À la rencontre de Nathalie Dyèvre, responsable marketing et stratégie produit

À la rencontre de Nathalie Dyèvre, responsable marketing et stratégie produit

Citation.jpg

Diplômée de l’ESSCA, Nathalie a acquis son expertise en marketing dans de grands groupes en France et au Canada, avant d’opérer une transition vers les entreprises sociales grâce notamment au programme On Purpose. Aujourd’hui, elle coordonne la conception et l’évolution du service en toute agilité chez ecov.

 

Bonjour Nathalie, peux-tu nous expliquer quel est ton rôle chez ecov ?

Je suis en charge du marketing et du produit chez ecov. Je suis là avant tout pour m’occuper de tout ce qui touche à l’évolution du produit, mais du point de vue de l’utilisateur. Concrètement, cela revient à réfléchir à un service qui répond aux besoins de ses utilisateurs en termes de mobilité. Mais cela concerne aussi tous les aspects marketings relatifs au produit, de sorte qu’il soit mis en avant de manière optimale et qu’il réponde aux besoins que l’on connaît du terrain.

 

Selon toi, que faut-il pour réussir chez ecov ?

Pour réussir chez ecov, je dirais qu’il faut avant tout être vraiment motivé par le projet, car cela demande beaucoup d’énergie. Nous sommes sur un projet innovant qui implique des expérimentations, des essais, pour proposer in fine un produit de qualité. Il faut donc trouver sans cesse de nouvelles idées et les tester. Certaines fonctionnent, d’autres non. Et pour cela, la motivation est vraiment le premier levier.  Mais nous sommes aussi une start-up, ce qui implique aussi une certaine polyvalence : savoir passer du plan stratégique à l’opérationnel sur le terrain par exemple.

 

Pour finir, pourrais-tu nous dire quelques mots sur ecov ?

ecov a une réelle utilité pour les usagers et un double impact : un impact social, mais aussi environnemental. Nous répondons aux besoins de personnes qui n’ont pas d’autres choix pour se déplacer et qui se retrouvent parfois éloignées de l’emploi par manque de mobilité. Et environnemental puisque le but d’ecov, c’est aussi de décongestionner les routes en optimisant le remplissage des véhicules. Aujourd’hui, nous sommes en moyenne à 1,3 personnes par voiture. On peut donc faire beaucoup mieux !

 

À la rencontre de Arnaud Bouffard, Directeur Général et cofondateur d’ecov

À la rencontre de Arnaud Bouffard, Directeur Général et cofondateur d’ecov

Citation Arnaud Bouffard

Diplômé de l’École Polytechnique et de KTH Stockholm, Arnaud a d’abord travaillé dans un fonds d’investissement Cleantech, puis dans un cabinet de conseil en stratégie carbone. Quelques années plus tard, il s’intéresse à entrepreneuriat comme mode d’action concret, toujours au service de ses convictions environnementales. Partageant avec Thomas Matagne (qu’il rencontre en 2013) l’idée que le covoiturage de courte distance doit se développer, c’est tout naturellement qu’il cofonde avec lui la start-up ecov fin 2014.

Une lecture qui l’a inspiré : « Le plein, s’il vous plaît ! La solution au problème de l’énergie » de Jean Marc Jancovici et Alain Grandjean.

 

Bonjour Arnaud, peux-tu nous expliquer d’où vient le nom d’ecov et ce qu’il signifie ?

Nommer une entreprise ou un service, ce n’est jamais quelque chose d’anodin et ce n’est pas une tâche facile. Mais dans notre cas, le choix a été assez rapide et évident. ecov, c’est la contraction de deux notions inhérentes à notre projet : « eco » pour écologique et économique et « cov » pour le covoiturage bien sûr. Avec le covoiturage, on optimise les moyens et on réduit les coûts. C’est aussi simple que cela et ça tient en 4 lettres !

 

Quelles sont tes sources de motivation au quotidien ?

Au quotidien, les motivations sont nombreuses. Mais je dirais que c’est avant tout de faire réussir et faire aboutir le projet d’entreprise qui est le nôtre. Et donc de trouver des solutions toujours plus innovantes pour permettre au covoiturage de courte distance de se développer de manière massive. Mais sans notre équipe, rien de tout cela ne serait possible. La motivation passe donc aussi par le bien-être de chacun. C’est pourquoi nous attachons une grande importance aux conditions de travail pour que celles-ci soient agréables et permettent à tous de se développer et de s’épanouir.

 

Peux-tu nous en dire un peu plus sur ecov ? Que dirais-tu à quelqu’un qui voudrait travailler avec ou pour ecov ?

Que les avantages sont nombreux. Nous sommes sur un projet de société qui implique un grand nombre d’acteurs, c’est très intéressant. Mais c’est aussi un beau projet qui se concrétise autour d’une mission qui nous tient à cœur et pour laquelle on a envie de réussir. Pour laquelle on a envie d’aller loin.

Le second avantage transparaît quand on voit la diversité de profils et de compétences au sein de l’équipe : nous sommes sur un challenge assez complexe, ou plutôt assez complet en termes d’actions à mener ! C’est pourquoi nous avons des développeurs informatiques, un pôle Data science, mais aussi une équipe communication et des Designers. Tout ceci nous permet de couvrir un large champ d’actions. Il n’y a pas deux jours pareils !

call to action Arnaud Bouffard

À la rencontre de Thomas Matagne, Président / CEO et cofondateur d’ecov

 

Citation-Thomas-Matagne

Après des études en sciences physiques et en sciences politiques appliquées à l’environnement, Thomas a travaillé dans le secteur public au sein de la région Ile-de-France, puis au ministère de l’Écologie sur les questions environnementales et de transition énergétique. Fin 2014, avec Arnaud Bouffard, il fonde ecov. En un mot, il se définit comme engagé.

 

Bonjour Thomas, peux-tu nous expliquer comment t’est venue l’idée de créer ecov avec Arnaud ?

Arnaud et moi ne nous connaissions pas, mais nous avions un parcours similaire : des études dans lesquelles nous avons étudié, à force d’équations et d’étude scientifiques, la réalité des périls environnementaux. Ce n’est pas une idéologie ou un fantasme, c’est une réalité du monde qui nous a vu naître : nous allons collectivement dans le mur. Après les études, nous avons voulu agir : lui dans le conseil, moi dans l’action publique. Tous les deux, nous avions fortement envie de sortir de la théorie pour passer à l’action, avec la conviction que nos meilleurs efforts seraient bien employés à développer des solutions d’avenir. Nos chemins se sont croisés, nous avons réfléchi, testé, et la création d’ecov était possible !

 

Quelles sont tes sources de motivation au quotidien ?

Penser un nouveau type de service public de mobilité, avec des personnes aux profils très variés, c’est vraiment quelque chose qui motive au quotidien. Mais c’est aussi la chance d’inventer sans cesse un service toujours plus innovant.

Puis, il y a aussi la participation des utilisateurs. Car les héros dans l’histoire, ce sont eux : nos utilisateurs. Ils co-produisent un nouveau service public et nous permettent ainsi d’optimiser la route, les voitures et le système de transport existant !

Dans cette aventure, tout le monde est gagnant : aussi bien les passagers que les conducteurs, les collectivités, l’environnement, l’économie et le social… Il n’y a pas de miracle à cela.  On vient simplement s’attaquer à des inefficacités collectives majeures.

 

Si tu devais décrire la collaboration au sein d’ecov, que dirais-tu ?

La collaboration à la manière d’ecov cela représente beaucoup d’autonomie et de prises d’initiatives. Elles sont d’autant plus nécessaires que nous sommes une jeune entreprise qui se structure, et dont le métier est extrêmement large et complètement nouveau. Jamais personne n’a fait ce que l’on fait : être à cheval entre le numérique et l’infrastructure, entre le service public et l’économie du partage. Cela représente beaucoup de champs à déchiffrer en même temps. C’est pourquoi les professionnels qui nous rejoignent sont motivés par l’aventure d’ecov et sont animés de convictions fortes pour résoudre les problèmes d’intérêt général.

 

Comment vois-tu l’avenir ?

L’avenir, je le vois de manière positive. C’est un peu paradoxal, car quand on connaît les enjeux environnementaux, les enjeux économiques, sociaux et énergétiques associés à la mobilité, les contraintes budgétaires des collectivités et des acteurs publics en général, on peut être assez pessimiste !

Mais aujourd’hui, on aperçoit des évolutions qui sont des changements radicaux dans le monde existant. Les inefficacités du XXème siècle sont les richesses de demain. Par exemple, nous concernant, ce sont des sièges libres qui se baladent un peu partout en France et ailleurs, qui ne demandent qu’à être utilisés ! Ils représentent une véritable richesse collective.

C’est pourquoi nous avons l’habitude de dire que le pétrole n’est pas sous nos pieds, mais qu’il est sous nos yeux. Ce potentiel d’amélioration est une source de motivation et de réjouissance chaque jour ! Mais pour cela, il faut sortir des cadres classiques et accepter de réfléchir différemment, de prendre des risques,  et de miser sur l’avenir ! 

 

Call-to-action