Covoiturage de proximité : pléthore d’applications à la recherche du Graal

Avec de plus de 10 millions de membres, Blablacar –  qu’on ne présente plus –  est leader dans le secteur du covoiturage de longue distance. Mais le succès de la licorne semble se limiter aux trajets longue distance (distance moyenne effectuée de 330 km), ne répondant pas aux besoins des déplacements de proximité. C’est justement sur ce marché que les tentatives sont nombreuses : une multitude d’offres de plateformes de covoiturage qui cherchent toutes à optimiser la mobilité et réduire l’impact environnemental des déplacements du quotidien.

image1

Si le covoiturage existe depuis l’invention des véhicules et des petites annonces, l’air du numérique a transformé la pratique. En particulier, les plateformes/applications de covoiturage veulent s’occuper de vos contraintes matérielles notamment en rendant possible la rencontre d’une offre et d’une demande.  En résumé, les plateformes tentent de simplifier le covoiturage… mais cette simplification n’est pas évidente ! Petit tour d’horizon non exhaustif.

  • WayzUp, l’ambitieuse

WayzUp, une application qui vise le covoiturage domicile-travail, met en lien des professionnels qui travaillent dans les mêmes zones géographiques. Celui qui se veut être un “Blablacar en mieux”, propose une fonctionnalité, le “Scan Drive”, qui enregistre l’itinéraire exact de l’utilisateur lors de son parcours habituel afin de le mettre en lien avec des conducteurs dont le trajet est approximativement identique. WayzUp entend aussi améliorer le covoiturage en permettant aux covoitureurs de régler leurs coûts en fin de mois grâce à un système de calcul automatique.

  • Citygoo, le covoiturage banlieusard   

Misant sur l’attractivité du prix et l’instantanéité du processus de rencontre offre-demande, Citygoo souhaite apporter une nouvelle solution au duopole  VTC / transports en communs dans les trajets inter-banlieues en Ile-de-France. L’application cherche à se distinguer en offrant un service de géolocalisation pour limiter la perte de temps liée à la planification du trajet et promet au conducteur une indemnité plus avantageuse que celles existant sur le marché.

  • iDVROOM, à l’ancienne

Mis en place par la SNCF, iDVROOM (né de la fusion de Greencove et Ecolutis) veut améliorer les trajets domicile-travail en assurant un mode transport en cas de travaux, en permettant un accès facilité aux gares. iDVROOM vise les bassins d’emplois et s’adresse directement aux entreprises locales, en permettant la mise en relation par petites annonces à l’image de Blablacar. Récemment iDVROOM a lancé une offre de “garantie retour”.

  • Sharette, coupler covoiturage et transports en commun

Sélectionné par la RATP pour être intégré dans son application, notamment afin de palier la fermeture de RER pour cause de travaux, Sharette se lance à la conquête du marché du covoiturage courte distance. L’application revendique 21 000 utilisateurs. Sharette propose un coût unique de 2,3€, ce, quelque soit le trajet, dont 2€ pour conducteur.

  • Microstop, le sympathique

Pari de trois voisins en région parisienne (Colombes), Microstop est une application qui veut être un complément aux modes de transports existants. L’application est dotée d’une cartographie en temps réel qui permet aux conducteurs de repérer les passagers en demande de covoiturage afin d’optimiser les trajets des deux acteurs.

  • Karos, le technophile

A cheval sur les deux secteurs – trajets de courtes distances et trajets domicile-travail – Karos souhaite anticiper les déplacements de ses utilisateurs grâce à un algorithme de machine learning. Une fois les habitudes des utilisateurs enregistrées, Karos met en lien passager et conducteur et leur promet un service de covoiturage adapté.

  • Coovia, le personnalisé

La start-up toulousaine entend faire gagner du temps à ses utilisateurs en leur donnant accès à l’intermodalité et à des gains financiers. Grâce à l’alliance entre son  site Internet et son application, Coovia cherche à simplifier et personnaliser les prévisions de trajets.

  • Netlift, la réaliste  

La plateforme montréalaise se considère comme une extension du réseau de transports publics qui a pour vocation de remplir les sièges vides dans les véhicules qui, chaque jour, effectuent les mêmes trajets. Soulignant la faible probabilité que deux utilisateurs se rendent au même point, Netlift propose des covoiturages en fonction des routes empruntées et non de la destination finale.

  • Covivo, l’opérateur

Covivo se définit comme opérateur de Covoiturage, avec plusieurs offres : du site internet de mise en relation (comme IDVroom ou blablacar) au covoiturage dynamique, avec CoviGo qui met en relation les utilisateurs en temps réel. Covivo propose aussi des applications, une centrale de mobilité, une plateforme multimodale, un système de gestion d’autopartage ou de vélos…

  • Wehicles, le généraliste

Wehicles veut être une plateforme complète en ce qui concerne la mobilité collaborative urbaine : articles informatifs, forums et wiki s’ajoutent à une offre de prestations multiples.  Envoi de colis, autopartage, location d’appartement ou encore covoiturage, Wehicles n’a pas choisi son domaine de prédilection et espère que  l’aspect global de sa plateforme profite à ses utilisateurs. En ce qui concerne le covoiturage, pas de géolocalisation pour Wehicles, mais les lieux de rendez-vous sont définis à l’avance par un échange d’emails ou de SMS.

  • Ridewith, prudent poulain de Google

Après le scandalel Uber, Google reste prudent en lançant son application de covoiturage RideWith qui s’appuie sur la communauté Waze. Proposé uniquement en Israel, RideWith limite les conducteurs à un gain maximal brut de 56 cents du kilomètre (Google prélève 15% de commission) et à deux covoiturages par jour. Passagers et conducteurs ne sont mis en contact que s’ils vivent dans la même zone géographique (délimitée au quartier) et s’ils travaillent dans la même direction.

  • La Zooz, monnaie virtuelle VS masse critique

La Zooz souhaite développer le covoiturage à l’échelle internationale par un système d’incitations financières, les “Zooz token”. Afin de vaincre le problème de la masse critique, la Zooz rémunère les utilisateurs, mêmes seuls dans leur véhicule en fonction des kilomètres parcourus. Ainsi, les premiers utilisateurs sont incités à s’inscrire pour gagner des Zooz même si le service n’est pas encore effectif. Lors du covoiturage aucun échange monétaire n’a lieu, tout repose sur le Bitcoin. Pour l’instant, cela n’a pas suffit à faire décoller le nombre d’utilisateurs.

  • Wedrive, feu tentative

    Wedrive, service gratuit qui détenait comme principal actionnnaire le groupe PSA (1,5 m€ investis), a fermé ses services en 2015.

  • Et toutes les autres…

Ce parorama est loin d’être exhaustif, puisque nous aurions également pu citer : Flinc (l’allemande avec la plus grosse communauté revendiquée à l’échelle européenne), Poolmyride, Hitchhiker, Direct Covoiturage, Oszkar, Rideler, ShareaCar, Carpooling, Carma, Letzgo, Shareway, Zupp, MaPool, ComOn, Wever, Faxi, SRide, CovoitureurLite, HopIn, myCarpool, Kankaroo, CoYatri, CarpoolMeet, Toogethr, Rideshare4less, Let’s Carpool, Zify, Hupp et bien d’autres…

Il y a pléthore d’applications pour le covoiturage local. Malheureusement, il n’est pas certain que ce foisonnement suffise à faire décoller la pratique, malgré la multitude de fonctionnalités proposées. Le foisonnement joue même dans le sens d’une dispersion des usagers potentiels.

Peut-être est-il nécessaire de prendre le problème de manière plus large ? Et notamment de penser intégration du numérique au territoire ? 


Les sites des applications principalement citées :

https://www.wayz-up.com ; https://www.idvroom.com ; https://www.sharette.fr ; http://www.citygoo.fr ; https://www.idvroom.com ; http://www.microstop.org/fr ; http://www.karos.fr ; https://coovia.fr ; http://netlift.me ; http://covivo.fr ; http://wehicles.com ; http://lazooz.org

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s